vendredi 5 janvier 2018

Génération Casse-Couilles

Génisses Stériles Meuglantes

A quoi reconnait-on une génération de pimbêches geignardes aussi immatures qu'incapables de réprimer leurs tendances castratrices comme de saisir les opportunités offertes par une société égalitaire en droit ? C'est simple !

Au lieu de faire preuve d'imagination, de créativité, d'esprit d'entreprise ou d'initiative (y compris en matière de drague ou de simple expression non-ambiguë de sentiments et désirs), une grande partie d'entre-elles continue de geindre et de chercher à nous raboter les roubignoles dans le but de réclamer toujours plus en en faisant toujours moins, le tout en se doigtant les boyaux du cerveaux avec des concepts fumeux du genre "féminicide", "faiminisme" (le grand complot protéinique masculin), et autres "écritures inclusives luttant contre la culture linguistique de l'inégalité". Comme si les langues turque ou perse, sans distinction de genre, cultivaient pas essence l'égalité des sexes. Comme si le masculin pour genre neutre en français, soit la neutralisation du masculin, ce n'était déjà pas assez androgyne comme approche. L'émasculation, y compris de la langue, pour toute pulsion créative, voilà leur triste obsession. Enfin bon ! 

Sérieux, est-ce que nous osons parler 'd'androcide' lorsque des hommes meurent sous les coups ou poisons de leurs compagnes ; osons réclamer une prime de risque généralisée sous prétexte que les hommes continuent d'exercer les métiers les plus exigeants et dangereux, ceux-ci demeurant les principales victimes des accidents du travail, notamment mortels (94% des victimes) ? Est-ce qu'on parlerait de culture 'patricide' quand ces péronnelles se rendent compte qu'un "bébé tout seul" c'est pas facile à assumer, alors qu'un couillon qui servira de géniteur-défouloir-signataire-de-chèques-de-pensions-alimentaire-post-divorce-récréatif c'est tellement plus commode ? Ou encore de 'santé-moralicide' lorsque nos petites bourgeoises  passent leur temps à nous casser le tête  avec leurs sempiternelles exigences de gamines insatisfaites et autres perpétuels pets de travers névrotiques servant d'excuses à leur manque de courage... 

Non ! Rien de tout ça. Nous continuons de tenter de faire la part des choses, d'accomplir nos devoirs sans trop nous plaindre, tout en nous tapant leurs jérémiades.

Boudiou ! Y-a pas à dire ! Les femmes, en très grand partie, c'est encore et toujours beaucoup trop d'emmerdes pour assez peu de plaisir !

Plus sérieusement, ce que c'est pénible d'assister à l’émergence d'une génération de femmes semblant avoir abandonné la fertilité créative pour une très revancharde destruction sélective, en somme, visiblement plus tournées vers la destrudo (pulsion de mort) que vers la libido (pulsion de vie).

Ce que cela peut être, tout aussi frustrant, finalement, de vivre avec une mentalité égalitaire post-guerre-des-sexes type XXIIe siècle et d'attendre l’avènement de femmes qui y correspondront. Car à l'évidence celles-ci ne sont pas encore là, la majorité des nanas, y compris les plus jeunes d'entre elles, ayant beaucoup de mal à s'extirper de la culture petite-bourgeoise-fin-XIXe.

Dans ce paysage un brin désolant, heureusement qu'il reste quelques  très vivantes "vieilles peaux" à la Elisabeth Levy et compagnie, pour hisser haut l'étendard d'une féminité aussi libre que forte, infiniment plus désirable. Mes hommages, Mesdames. 

Sil

jeudi 4 janvier 2018

Savoir Choisir


Savoir choisir est un pouvoir que l'on découvre 
sur le tard ou souvent trop tard.
Mais une fois qu'on le découvre, 
on devient aussi attentif aux nôtres qu'à ceux des autres, 
vu que nos choix en disent long 
sur ce que nous sommes 
à un moment donné. 

Or étant donné que j'aime savoir à qui j'ai affaire...


 "Tout arrive pour une bonne raison.
Parfois cette raison est que tu es stupide
et que tu prends des mauvaises décisions"


"Tout dans notre vie est le reflet des choix que nous avons fait.
Si vous voulez un résultat différent,
faites un choix différent"

mardi 2 janvier 2018

Objectif Mont Vénus pour Ulis


 Cette Année, Ulis se fixe pour objectif 
d'approfondir son exploration du continent féminin. 
Il faut dire qu'entre les crevasses, 
banquises craquelantes et autres vents violents, 
cette Terre lui rappelle souvent son Antarctique natal :-) 
Taïaut ! Sortons le brise-glace et à l'abordage !


lundi 1 janvier 2018

Les Bonnes Résolutions du Père Ernest


Voilà des résolutions que je goute 
avec autant de délectation :-)
que le délicieux chocolat chaud et cheesecake 
servis dans le café Hemingway de la ville de Florence

"Soyez amoureux. Crevez-vous à écrire. Contemplez le monde. Écoutez de la musique et regardez la peinture. Ne perdez pas votre temps. Lisez sans cesse. Ne cherchez pas à vous expliquer. Écoutez votre bon plaisir. Taisez-vous." E.Hemingway.



vendredi 29 décembre 2017

Et soudain l'Iran se soulève


Images stupéfiantes et chargées d'espoir, 
"Ni pour le Liban, ni pour Gaza, ma vie pour l'Iran "
"Nous ne détestons pas Israel"
"Laissez la Syrie tranquille, occupez-vous de nous"
"Vous avez fait de l'islam une pierre tombale, 
vous avez tourmenté le peuple bien assez comme ça "
"Jeunesse d'Iran, lève-toi !" 

Avec une pensée spéciale pour ma belle Chirazie

#NewYearsDay  #Hope  #Irandoust #Azadi
  
Ci-dessous : un hijab pour drapeau blanc ; la photo de cette femme brandissant son voile devient l’un des symboles des manifestations contre le régime des mollahs


Allez ! Tous ensemble ! Tous ensemble !
Parce que le grand peuple Perse mérite beaucoup mieux 
que ces vieux tyrans barbus corrompus jusqu'à la moelle...

vendredi 22 décembre 2017

L'instant Framboise


:-) Lorsque, dans ta cuisine, 
Tu te rends subitement compte 
De tout le potentiel érotique et subversif de la Framboise...

Sil 

#CinqFruitsEtLegumesParJour  #WeeksStyle :-)


mercredi 20 décembre 2017

Education sentimentale avec Frida Kahlo


"Ne fais pas attention à moi. Je viens d'une autre planète. 
Je vois toujours des horizons là où tu dessines des frontières." 
Frida Kahlo

"No te preocupes por mí. Yo soy de otro planeta. 
Yo todavía veo horizontes donde tú dibujas fronteras" 
Frida Kahlo

lundi 18 décembre 2017

Bouleversante Maryline !


Bouleversante Maryline ! 
Éblouissante Adeline D'Hermy ! 
Et une Vanessa Paradis de plus en plus animée 
par la classe de Jeanne Moreau... 

Un film... un p#tain de film... 
Se concluant sur cette obsédante chanson de Léo Ferré, 

Les Cahiers du SILnéma 

vendredi 15 décembre 2017

Star Wars : Les Derniers Jedi


"Nous vaincrons, 
non pas en nous acharnant sur nos ennemis, 
mais en protégeant ceux que nous aimons" 
Rose #PaixEtDétermination

Retour de messe Jediiste...

A mon avis, l'un des meilleurs épisodes, une superbe mise en perspective, tout en rebondissements, en interrogations qu'on s'est tous posés, en clins d’œil, plus travaillé, plus universel, plus mature, plus féminin et masculin à la fois, plus spirituel et moins clérical, plus égalitaire et moins aristocratique, plus sombre et lumineux en même temps, le tout relançant l'intrigue... une réussite!

Enfin ! Une réussite à un bémol près, Kylo Ren. Le père est beau comme Han Solo et la mère a beau être la princesse Leia, le lascar est laid au point de se demander si Chewbacca et Yoda n'auraient pas participé à sa conception en laissant trainer une goute ou deux au cours d'une partouze spatiale. A moins que des rayons cosmiques n'aient abimé le cocktail génétique du bébé en plein saut hyperspatial...  

Les Cahiers du SILnéma



"Save the Rebellion! Save the Dream!" :-) 


mercredi 13 décembre 2017

Algérie : "En attendant les Hirondelles"


Cinéma : "marcher pour comprendre le monde... et faute de le comprendre, surfer sur les forces en présence... fussent-elles nuisibles... en attendant que le monde évolue, à défaut de changer..." Mourad

Karim Moussaoui nous offre dans son film, aussi subtil que sensible, un portrait tout en embardées d'une Algérie sur la route de la construction à travers des chassés croisés... et ces quelques moments de grâce dans un paysage mélancolique, notamment la scène finale ou bien celle dans laquelle danse la magnifique Hania Amar...


Les cahiers du SILnéma 


lundi 11 décembre 2017

"Chasse aux DRH" (de la haine-sociale légale)


Tiens ! J'apprends avec retard que dans mon beau pays de cocagne, des pseudo syndicalistes en appellent joyeusement devant caméras à "la chasse aux DRH" pendant que d'autres, non loin de là, passent à l'acte en boutant le feu à des véhicules, faute de mieux peut-être...

Étant donné que leur niveau intellectuel et moral tutoie souvent le plancher de la Fosse des Mariannes, je ferai simple, j'éviterai tout sermon sur cette même détestable nature reliant haine raciale et haine sociale...

Oui ! Vu que ces crétins de gauchistes sont aussi égocentriques dans les faits qu'ils se prétendent altruistes en théorie, j'utiliserai la seule chose susceptible de fonctionner avec ces imbéciles, l'effet miroir. Aussi allons-y :

1)  prendre la phrase "donner la chasse aux DRH"
2) remplacer "DRH" par, au choix, "Arabes", "Noirs", ou ici "Syndicalistes"
3)  reformuler ainsi, "donner la chasse aux Syndicalistes"
4) observer les grimaces sur leurs trognes de demeurés aux nombrils subitement égratignés

Oh ! Je sais très bien ce qu'ils diront. "C'est pas pareil !" A chaque fois que la réalité leur disconvient, "c'est pas pareil"...

Mes cocos jolis ! Il arrive à tout le monde de sortir des billevesées pour déconner,  entre potes ou pairs dans la sphère privée. Par contre, les balourder  sérieusement face camera à l'opinion publique, signifie deux choses : d'une, que l'on tient à normaliser, au mieux l'irresponsabilité, au pire l'ignominie ; de deux, que l'on n'a certainement pas sa place dans des fonctions que l'on ne sert pas mais dont on se sert pour chercher à foutre la merde...

Tiens, perso, je muterais bien tout ces guignols en service RH, juste histoire qu'ils nous fassent rêver... 


SILalutte Finale